Accompagner

Écouter avec l’Approche Centrée sur la Personne (ACP)

C’est à l’université, dans le cours de M. Philippe Jaffé, que j’ai pour la 1ère fois entendu parler de l’Approche Centrée sur la Personne et de Carl Rogers.

Immédiatement sa philosophie humaniste, sa façon d’envisager la thérapie comme un cheminement qui se fait côte à côte et non pas où il n’y a pas un thérapeute qui sait et un client qui suit.

L’ACP n’est pas un savoir-faire qui donne une forme de pouvoir sur l’autre.

Sa manière de considérer la personne comme un sujet et non comme un objet m’ont séduite et ne m’ont jamais quitté.

Et quand j’ai découvert qu’une formation se faisait près de chez moi, je n’ai pas hésité un instant à la suivre. Ce qui a bouleversé ma vie.

C’est à la fin des années 40 que Carl Rogers (1902-1987) a développé l’Approche Centrée sur la Personne qui se fonde sur une hypothèse qui parait simple au premier abord :

« La personne possède en elle-même les ressources nécessaires pour qu’émergent des solutions qui lui correspondent personnellement et pour actualiser les changements qui lui sont bénéfiques. »

Carl R.Rogers

 

Le thérapeute accompagne la personne qui à son rythme, va s’ouvrir à des prises de conscience. Ce qui va amener le client à se transformer, à trouver ses propres réponses et accéder à des changements marquants dans sa vie.

Un thérapeute humaniste place l’écoute au centre de l’entretien. Pour cela il s’appuie sur les trois attitudes de base développées et démontrées par Rogers :

  • La compréhension empathique : le thérapeute s’efforce d’entendre et de comprendre comment la personne vit sa situation.
  • Le regard positif inconditionnel : le thérapeute accueille tout ce qui caractérise la personne : ses idées, sa manière de concevoir le monde, ses émotions et ses sentiments.
  • La congruence ou l’authenticité du thérapeute : le thérapeute est sans masque et se laisse rencontrer dans ce qu’il est.

Ce sont ces trois attitudes indispensables qui vont créer un climat favorable pour permettre au client d’accéder à ses ressources internes, les mobiliser et évoluer de manière positive.

« La relation thérapeutique est expérience de croissance, on y apprend à faire des choix, devenir adulte avec un autre adulte. Ce n’est pas une préparation à la vie, mais la vie elle-même. Le changement a lieu dans la thérapie »

Carl R.Rogers.

Comment cela se passe-t-il ?

L’entretien a lieu en face à face et dure environ 60 minutes.

 

Dans quels cas, l’ACP est utile ?

Pour aider à faire face :

  • Aux passages difficiles de la vie
  • Aux souffrances et le mal-être
  • Au besoin d’être aidé
  • Aux choix qui s’imposent
  • Au stress
  • A la dépression
  • A l’anxiété
  • A des difficultés familiales, conjugales ou professionnelles

Et aussi pour accompagner

  • Les personnes en deuil
  • Les personnes malades
  • Les proches aidants

Et surtout pour avoir accès à ses richesses intérieures !

Les commentaires sont fermés