Accompagner le deuil périnatal

 Le deuil périnatal

Le plus souvent, les futurs jeunes parents n’ont pas été confrontés à la mort. Pour eux attendre un enfant  n’avait qu’une issue; la joie de la naissance et la vie qui allait se perpétuer. Aussi quand les parents se trouvent face à l’inéluctable ils découvrent un autre monde; celui de la mort.

La douleur

Cette perte provoque parfois une souffrance qui n’est pas reliée de façon logique avec le stade auquel la grossesse s’est arrêtée. Dès que cet enfant a pris naissance dans la tête des parents, le projet parental prend forme, les futurs parents se  projettent dans un futur proche, font des projets pour leur enfant encore en gestation. C’est pourquoi quand la grossesse s’interrompt au bout de quelques semaines, la femme sombre dans la tristesse.

Cette femme n’aura pas eu un passé commun avec le fœtus mais son avenir sera de devoir vivre  avec le souvenir de cet enfant si désiré et regretté.

C’est  pourquoi, il est important de pouvoir faire le travail de deuil périnatal normalement.

L’isolement des femmes qui vivent un deuil périnatal est grand puisque souvent ces deuils sont des non-événements pour l’entourage. Des paroles maladroites peuvent être dites dans le but de rassurer la femme, elles ne feront que la blesser plus profondément car elle prend conscience que personne ne la comprend vraiment dans son entourage familial et amical.

Comme l’a démontré Freund dans « Deuil et mélancolie », c’est l’intensité du lien à l’objet perdu qui rend le deuil douloureux. Dans le deuil en périnatalité cette force agissante démontre l’attachement de la femme à son enfant dès qu’il a pris vie dans sa tête.

Deuil différent

Le deuil en périnatalité est différent d’un autre deuil, parce que ces personnes n’auront pas ou très peu vécu avec « l’enfant » perdu. Comment faire le deuil d’un enfant qui n’a jamais vraiment existé ? Comment comprendre les espoirs déçus ? Qui peut savoir ce que représentait ce petit enfant et ce qu’il représentait dans les pensées de la mère ?

Toute une foule d’attentes non formulées, de souhaits et de désirs s’en sont allés en même temps que lui. Plus d’avenir. Il ne reste rien. Mais on ne veut pas oublier. Le deuil ce n’est surtout pas l’oubli, c’est le non-oubli.

Et après

Afin de faciliter le travail de deuil, je propose aux personnes confrontées à ce drame de participer à 7 rencontres mensuelles autour du deuil périnatal, en petits groupes. L’objectif est de trouver des repères dans le processus du deuil, de partager son vécu intérieur avec des personnes traversant les mêmes émotions, se sentir compris et entendu et être en résonance avec d’autres parents pour au final trouver de nouvelles ressources.

EN PARLER C’EST DÉJÀ ALLER MIEUX !

*******

Pour connaître les dates du prochain groupe de parole autour du deuil, voir sous Actualités

Les commentaires sont fermés